Inscrivez-vous maintenant

et recevez un guide gratuit sur les besoins humains

En soumettant ce formulaire, j\'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Rebondir après un échecAprès quelques mois d’une aventure entrepreneuriale qui a fait long feu, j’ai décidé de sévir à nouveau dans les pages de ce blog. Pas facile de retrouver une certaine fluidité dans l’écriture après quelques mois d’arrêt. C’est là où l’on voit que, mine de rien, le maniement de la plume nécessite un entraînement régulier pour être à l’aise. En regardant la situation sous un angle positif, cette pause rédactionnelle m’a permis de faire le plein de sujets à partager avec vous. Commençons par un sujet on ne peut plus de circonstance : comment rebondir après un échec ?

Comment rebondir après un échec ?

Pour les plus pressés d’entre vous, voici les 5 points qui me semblent importants pour rebondir après un échec. Je détaillerai bien sûr ces points dans cet article… et le suivant.

  • Écouter ses émotions, les canaliser et les réguler
  • Différencier échec subi et échec choisi
  • Conserver une image de soi positive et invariable par rapport à la situation (estime de soi)
  • Se respecter tout en respectant les valeurs des autres
  • Prendre du recul et observer les signaux d’alertes qui nous ont échappés

Mais de quoi parle-t-on ?

Pour commencer, il me semble important de définir ce qu’est un échec.

D’après mon pote Antidote (il m’a toujours été fidèle dans mon activité de blogueur), l’échec est un insuccès, une absence de réussite, un revers, une défaite, une faillite, une position difficile où un adversaire place quelqu’un.

Vous aimerez aussi...
Retour de Compostelle (Partie 1/2)

Nous pourrions alors nous demander :

  • Comment rebondir après un insuccès ?
  • Comment rebondir après une absence de réussite ?
  • Comment rebondir après un revers ?
  • Comment rebondir après une défaite ?
  • Comment rebondir après une faillite ?

Bon, j’y vois là plus des synonymes qu’une véritable définition. À la rigueur, les deux dernières propositions sont déjà plus ciblées (sport ou entreprise), et donc potentiellement plus accessibles qu’un vague “comment rebondir après un échec” plus généraliste et donc moins saisissable.

Pour moi, un échec n’en devient un qu’au moment où on le considère comme tel. Le mot lui-même est fortement connoté négativement. Ce ne sont pas les adjectifs, tout aussi négatifs, qui rattrapent le coup : cuisant, lamentable, cinglant, sanglant, humiliant, douloureux …

Bref, il y aurait de quoi écouter Barbara en boucle au fond de son canapé, en vieux pyjama pourri et les volets clos.

Permettez-moi, chers lecteurs, de tenter une approche un peu différente sur comment rebondir après un échec.

Comment rebondir après un échec : la régulation des émotions

Ne nous leurrons pas. Je ne connais personne à ce jour qui prend son pied (consciemment) lorsqu’ il est confronté à un échec. Qu’il soit professionnel ou personnel, il vient titiller nos chères émotions là où ça fait mal. Colère, Peur, Tristesse, Dégoût s’invitent sans attendre dans la partie et créent plus ou moins de confusion selon la corde sensible qu’elles viennent chatouiller.

Pour autant, il n’y a pas de “bonnes” ou “mauvaises” émotions. Toutes les émotions sont bénéfiques parce qu’elles dirigent l’attention et canalisent le comportement à l’endroit où c’est nécessaire, étant donné les circonstances que l’on rencontre *.

Vous aimerez aussi...
Le blog des Rapports Humains en vidéo

Ainsi, à mon sens, la première étape pour rebondir après un échec serait d’être à l’écoute de ses émotions et voir quelles en sont les fonctions associées.

Voici un petit aperçu des fonctions liées aux émotions citées plus haut :

  • Peur → Fonction Protection
  • Colère → Fonction Destruction
  • Tristesse → Fonction Regroupement
  • Dégoût → Fonction Rejet

L’idée suivante est alors de mettre en place une ou plusieurs actions, orientées positivement, venant remplir la fonction et ainsi canaliser et réguler l’émotion.

Exemples :

  • Peur → Protection → se mettre dans sa bulle, faire du cocooning, se recentrer, méditer..
  • Colère → Destruction → faire le ménage, faire du sport, se défouler …
  • Tristesse → Regroupement → voir ses amis, sortir, appeler, se faire plaisir ensemble …
  • Dégoût → Rejet → faire du tri, jeter, effacer, supprimer …

Cette première étape me semble intéressante, car elle permet d’être en conscience de ce qui se joue en nous à ce moment et de savoir où nous en sommes. La cerise est que nous pourrons plus facilement expliquer à nos proches le pourquoi du comment de nos agissements du moment.

Échec subi vs Échec choisi

Rebondir après un échec ne sera pas vécu de la même manière selon qu’il ait été décidé par la personne ou bien qu’il lui soit tombé dessus sans crier gare. La connotation négative de l’échec vient en partie de là. A priori, il est plutôt rare de choisir d’échouer, non ?

Là, deux mécanismes opposés entrent en jeu.

  • Le premier, lorsqu’on prend la décision de se mettre en situation d’échec relève de la proactivité. Un mot un peu barbare pour désigner notre capacité à prévoir les éventuels problèmes qui se profilent à l’horizon et, du coup, envisager des solutions pour les éviter; même si, précisément, la solution adoptée est l’échec lui-même. Dans ce cas, la motivation pour rebondir est présente, l’énergie pour repartir disponible et le moral au beau fixe.
  • Le second, lorsque nous n’avons rien vu (ou voulu voir 😉 ) venir, et que l’échec nous tombe sur le coin de la figure, relève de la réactivité. Être en réaction n’est pas la meilleure manière de prendre des décisions opportunes et pertinentes. En effet, pris au dépourvu par cette situation d’échec subi, ce sont toutes les émotions vues dans le précédent paragraphe qui débarquent avec pertes et fracas.
Vous aimerez aussi...
Lutte contre le stress : 3 stratégies gagnantes

Inutile alors de parler de motivation, de mobilisation d’énergie pour rebondir après un échec. La quasi-intégralité de l’énergie psychique de la personne sera consacrée justement à réguler cet  afflux d’émotions et éviter de tomber dans un marasme général. Le fait de rebondir viendra plus tard… quand il vient; en effet, suivant les dommages que cet échec a occasionnés dans leur vie, certaines personnes sombrent dans une profonde dépression.

Nous verrons dans le prochain billet d’autres éléments à prendre en compte pour rebondir après un échec. Notamment l’importance de l’estime de soi, quatre façons de voir l’échec en relation avec l’Autre et l’analyse des signaux faibles.

*Source : Psychologie de la motivation et des émotions. Johnmarshall Reeve. Éd. de boeck

AVANT DE PARTIR... TELECHARGEZ GRATUITEMENT CET EBOOK SUR LES BESOINS HUMAINS

  • Les derniers articles du blog
  • Des outils de coaching
  • Des exclusivités rien que pour vous
Fermer cette fenêtre

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.